4.7.2018

Déductions professionnelles pour le vélo et les transports publics

A, qui vit dans le canton de Zurich, se rend au travail tous les matins en faisant un court trajet de 8 minutes à vélo jusqu'à la gare locale, puis utilise les transports publics jusqu'à la gare de destination. Au total, le trajet dure environ 35 minutes. Malgré l'utilisation d'un vélo, le plaignant A pourrait également utiliser le bus ou même marcher jusqu'à la gare.

A dispose d'un abonnement aux transports publics de Zurich, qu'il a fait valoir comme déduction fiscale pour l'année fiscale 2014. En outre, il a également déclaré la déduction forfaitaire pour le vélo de 700 CHF. Le bureau communal des impôts a refusé la déductibilité de la déduction forfaitaire pour le vélo au motif qu'il ne pouvait s'agir d'une déduction cumulative, mais seulement d'une déduction alternative en plus de l'abonnement. En conséquence, A a déposé une objection et un recours fiscal. La Cour d'appel des impôts du canton de Zurich a fait droit au recours de A. Cependant, le bureau cantonal des impôts n'était pas satisfait de cette décision et a fait appel au tribunal administratif et finalement au tribunal fédéral. La décision a été rendue dans le BGer 2C_745/2017 du 21 septembre 2017.

Classification des frais professionnels dans les options de déduction du DBG

Avant toute chose, le Tribunal fédéral explique les trois différents types de déductions en droit fiscal. Les déductions organiques (également appelées frais de bénéfice) comprennent, entre autres, les frais d'exercice d'une activité lucrative dépendante selon l'art. 26 DBG. Selon le concept de coûts des bénéfices actuellement en vigueur, toutes les "dépenses engagées pour générer des revenus" sont déductibles. Toutefois, le Tribunal fédéral ne veut pas ignorer complètement la notion finale de coûts des bénéfices. C'est pourquoi le Tribunal fédéral plaide en faveur de l'autorisation de déduire toutes les dépenses qui sont substantiellement causées par la réalisation du revenu (exigence de causalité) et que la personne concernée ne peut éviter (exigence de déraison).

En outre, le Tribunal fédéral a interprété le fondement des déductions professionnelles de l'art. 26 DBG. Cette norme corrobore principalement le concept de causalité des frais professionnels en ce sens que tous les frais nécessaires pour les déplacements entre le domicile et le lieu de travail sont déductibles. Toutefois, la déduction est limitée à 3000 CHF. Sur cette base, une ordonnance sur les déductions a été édictée, l'OACI, qui autorise la déduction forfaitaire fixe de 700 francs pour un vélo à l'art. 5 OACI.

Grande liberté de conception du trajet par les contribuables.

Le Tribunal fédéral a immédiatement écarté le point de vue de l'administration fiscale cantonale selon lequel l'art. 5 LCR ne prévoit qu'une déduction alternative pour les transports publics et un véhicule privé. Selon le Tribunal fédéral, l'art. 26 DBG est formulé de manière extrêmement ouverte en tant que norme pertinente. Il n'appartient pas à l'administration fiscale ni au droit fiscal en tant que tel de prescrire aux contribuables des règles concernant l'organisation de leur navette. Le BKV ne fait que normaliser une préférence en faveur des transports publics, en ce sens que les véhicules privés ne sont autorisés qu'à titre subsidiaire. De même, ni la loi ni l'ordonnance ne stipulent que le trajet doit être "pur" (uniquement véhicule public ou uniquement véhicule privé).

De plus, de l'avis du Tribunal fédéral, une base légale serait nécessaire si le législateur voulait restreindre de la sorte la liberté d'action des contribuables. En outre, le Tribunal fédéral estime que dans la pratique, la vie quotidienne des contribuables est toujours caractérisée par des trajets plus longs pour se rendre au travail, ce qui rend nécessaire l'utilisation de plusieurs moyens de transport. En outre, les juges de Lausanne ne peuvent s'empêcher de faire une remarque acerbe selon laquelle une telle restriction ne serait pas souhaitable.

Aucune préférence pour la marche ou le bus par rapport à la bicyclette.

Le forfait de 700 CHF n'est pas non plus critiquable d'un point de vue juridique - de telles déductions sont obligatoires dans le droit fiscal comme dans la jurisprudence de masse. Toutefois, cela ne signifie pas que l'octroi cumulé de la déduction est inadmissible. Etant donné que le BKV ne donne une préférence d'orientation qu'en ce qui concerne le rapport entre les moyens de transport publics et privés, mais pas entre le trajet à vélo/le trajet en bus/la marche à pied, ces trois variantes doivent être considérées comme équivalentes. Le trajet en vélo jusqu'au lieu de travail proprement dit est donc significativement lié à l'activité rémunérée. De l'avis du Tribunal fédéral, il ne peut en être autrement, même dans le cas d'un déplacement à vélo vers les transports publics.

Se fondant sur les constatations de l'instance inférieure, le Tribunal fédéral a ensuite jugé que le contribuable préfère le vélo à la marche pour gagner 15 minutes de temps. Le Tribunal fédéral a adressé un blâme aux autorités fiscales cantonales dans la mesure où le comportement du contribuable a été jugé économique et écologique. En recourant à la bicyclette plutôt qu'au bus, le contribuable contribue à ce que les transports publics ne doivent pas être développés davantage. Deuxièmement, selon le Tribunal fédéral, les 700 francs représentent une déduction relativement faible, ce qui dénote une pratique fiscale généreuse.

Conclusion

Dans cet arrêt, le Tribunal fédéral se moque des autorités fiscales zurichoises et dissèque de manière saisissante leur point de vue sur la déductibilité des frais professionnels. Pour autant que le contribuable utilise un autre véhicule éventuellement privé (en l'occurrence une bicyclette) en plus des transports publics, une déduction peut être demandée de manière cumulative. Il en va différemment, cependant, si le contribuable utilise la voiture privée alors que l'utilisation d'un moyen de transport public serait raisonnable. Dans ce cas, la loi ne permet clairement qu'une déduction limitée du montant des coûts des moyens de transport publics. Cette préférence est probablement justifiée pour alléger la charge sur les routes et l'environnement. Néanmoins, la déductibilité reste tributaire des circonstances du cas d'espèce et laisse, comme souvent, une marge d'appréciation à l'administration fiscale et au juge.

Avez-vous des questions ?
Auteurs
:
Livio Bucher
Tags :
Impôt sur le revenu
Jurisprudence