21.11.2018

Éviter le vol aveugle fiscal

Dans les enquêtes menées auprès des responsables financiers des entreprises sur les risques et dangers les plus importants dans le secteur financier, le thème des "impôts" a pris de plus en plus d'importance ces dernières années et occupe désormais la première place sur l'échelle des risques.

Cela n'a rien à voir avec le fait que les entreprises et les personnes responsables accordent moins d'attention à la question fiscale - au contraire, il s'agit de l'expression d'une nouvelle évolution internationale du droit fiscal, qui passe de plus en plus de l'ancienne perspective fiscale nationale à une vue d'ensemble globale dans l'évaluation des activités des entreprises ayant une incidence fiscale. Ce changement est encouragé avec véhémence par des organisations multinationales telles que l'UE et l'OCDE.

L'analyse systématique des différents systèmes fiscaux des États par l'OCDE et l'UE rend plus visibles les points faibles du réseau fiscal mondial et l'échange de services par-delà les frontières augmente le risque de se retrouver pris dans les mailles de règles fiscales nationales complexes. Cette évolution est renforcée par l'abandon complet des obstacles élevés à l'échange transfrontalier d'informations sur les données fiscales par les autorités fiscales. A l'avenir, on pourra presque parler d'entreprises "transparentes" en ce qui concerne le niveau d'information avec les autorités fiscales. Les collaborateurs des autorités fiscales, de mieux en mieux formés au droit fiscal international, font également comprendre aux entreprises qu'elles ne peuvent plus "tricher", mais qu'elles doivent reconnaître et minimiser les risques éventuels par une planification stratégique. Aujourd'hui, les erreurs et les imprécisions dans la planification se vengent rapidement et entraînent des demandes d'impôts supplémentaires de la part des autorités fiscales. Le fait que, à l'ère de l'internet, les litiges fiscaux entre une entreprise et des États individuels impliquent non seulement un risque monétaire mais aussi un risque de réputation mondiale a été très bien observé ces dernières années (par exemple Starbucks au Royaume-Uni).

En raison de cette évolution, les taxes représentent aujourd'hui une tâche stratégique qui doit être systématiquement et continuellement examinée et analysée dans le flux du processus entrepreneurial. Les décideurs doivent être informés des dangers et risques fiscaux possibles dans leurs décisions et être conscients des conséquences.

Pour qu'une entreprise puisse remplir cette tâche, elle doit disposer des outils nécessaires. Un "schéma directeur" fiscal donne à l'entreprise une vue d'ensemble de ses gènes fiscales et aide les responsables à contourner les risques fiscaux pour l'entreprise. Ce "plan" passe au crible l'entreprise d'un point de vue fiscal. La structure juridique, l'échange de services au sein de l'entreprise et la prestation de services au(x) client(s) sont des sujets qui sont examinés en fonction de leur impact fiscal. Les différentes parties mises ensemble donnent lieu au concept fiscal et à la base d'imposition selon lesquels l'entreprise est structurée et agit.

Ce "schéma directeur" n'est pas seulement un outil de gestion permettant de mieux comprendre les risques fiscaux. Elle aide également à identifier les opportunités et les faiblesses de l'organisation et de l'échange de services et permet ainsi d'optimiser les structures et les processus de l'entreprise. Il s'agit également d'un outil de planification fiscale permettant d'éviter le vol à l'aveuglette dans l'entreprise.

Avez-vous des questions ?
Auteurs
:
Viktor Bucher
Tags :
Impôt sur le bénéfice
Planification fiscale