28.5.2020

Divorce à cause de la rente AVS?

En matière de fiscalité et de sécurité sociale, les couples mariés et les individus sont traités différemment à de nombreux égards, ce qui, en termes purement arithmétiques, se fait presque exclusivement au détriment des couples mariés. Avec l'agrégation des revenus conjugaux, les couples mariés souffrent de ce que l'on appelle la "pénalité du mariage" en raison de la progression de l'impôt.

De plus, les personnes mariées à l'âge de AVS ne reçoivent que 150% de la rente individuelle en tant que couple, malgré le versement intégral des cotisations sur AVS . En revanche, les couples vivant en concubinage reçoivent deux rentes individuelles complètes. Cette différence peut atteindre 14 000 CHF en un an.

Compte tenu de ce désavantage évident pour les couples mariés dans la vieillesse, il n'est pas surprenant que de plus en plus de couples mariés se demandent si un divorce légal et la poursuite de la vie commune en tant que couple cohabitant seraient utiles et justifiés afin d'améliorer leur situation en matière de pension dans la vieillesse. Nous souhaitons explorer cette question dans cet article et tenter de trouver une réponse d'un point de vue purement financier et fiscal. Dans notre recherche d'indices, les aspects du droit de la famille ou du droit de garde, ainsi que les constellations familiales et sociales ne sont expressément pas pris en compte et évalués.

Situation fiscale initiale

La décision de divorcer entraîne la dissolution de l'unité économique "couple marié" et le début du partage des revenus et des biens existants. Cela signifie, en ce qui concerne le site AVS, qu'un "AVS-Splitting" a lieu. Cela signifie que les revenus gagnés pendant le mariage sont répartis par moitié entre les deux époux, indépendamment du fait qu'ils aient travaillé ou gagné autant. Il n'y a pas d'exception à cette règle.

Les cotisations à la LPP et à la caisse de pension sont également réparties à hauteur de 50% chacune. Il s'agit également de compenser les éventuelles lacunes dans les cotisations résultant de la garde des enfants et du "travail familial", par exemple. Un fractionnement non-moitié n'est autorisé que dans des cas particuliers.

En savoir plus sur le rachat du fonds de pension après un divorce

En plus de AVS et du 2e pilier, une liquidation du régime matrimonial est effectuée, dans la mesure où il n'en a pas été convenu autrement dans le cadre de la séparation de biens ou du contrat de mariage, dans laquelle on procède entre autres au partage du pilier 3a, des assurances-vie et des valeurs patrimoniales. En outre, une pension alimentaire de prévoyance peut être accordée à un époux en plus des prestations d'entretien régulières. Celle-ci ne sert pas à couvrir les coûts actuels de la vie, mais doit aider à constituer la future prévoyance vieillesse d'un conjoint si celui-ci ne peut pas y parvenir par ses propres moyens.

Une fois le partage des revenus et de la fortune terminé, les ex-conjoints recevront chacun une rente individuelle AVS. Celle-ci s'élève au maximum à CHF 2'370 (pour des années de cotisation complètes et un revenu annuel moyen d'au moins CHF 85'320) et au minimum à CHF 1'185. En cas de divorce, le couple recevra donc au maximum CHF 4'760, au lieu d'une fois et demie la rente individuelle de CHF 3'555. La différence est particulièrement importante si le couple légalement divorcé continue à vivre ensemble en tant que concubins. Grâce à ce que l'on appelle un "divorce fictif", la rente mensuelle est fortement augmentée en raison des rentes individuelles perçues, sans que les dépenses pour le logement, la voiture, etc. ne soient doublées.

Comparaison de la charge fiscale - un exemple

Le calcul suivant pour l'année fiscale 2020 montre en détail dans quelle mesure les couples mariés sont désavantagés par rapport aux couples de concubins. Les données utilisées dans l'exemple s'appliquent à un couple catholique romain vivant dans la commune de Lucerne. Leur revenu annuel se calcule à partir de la rente maximale AVS et d'un total de CHF 50'000 provenant de la caisse de pension et du pilier 3a. Ils se partagent une fortune d'un total de CHF 100'000. On part du principe que le partage de tous les revenus et de toutes les valeurs patrimoniales sera effectué par moitié suite au divorce.

Couple marié (imposition des familles)

Recettes AVS par an :

42 660 CHF (pension maximale)

Revenus de la dotation en capital par an (LPP, pilier 3a) :

CHF 50'000

Revenu total par an:

CHF 92'660

Total des actifs :

CHF 100'000

L'impôt sur le revenu :

CHF 2 934.10

L'impôt sur la fortune :

CHF 323.75

Impôt sur les prestations en capital :

CHF 1'432.15

Charge fiscale totale :

CHF 4'690


Revenu net par an : (revenus moins impôts)

CHF 92'660 - CHF 4'690

= CHF 87'970

Couple cohabitant (imposition unique)

Recettes AVS par an :

56 640 CHF (pension maximale) ; 28 320 CHF chacun

Revenus de la dotation en capital par an (LPP, pilier 3a) :

50 000 CHF ; 25 000 CHF chacun

Revenu total par an.

106 640 CHF ; 53 320 CHF chacun

Total des actifs :

100 000 CHF ; 50 000 CHF chacun


L'impôt sur le revenu :

CHF 4'580.60; CHF 2'290.30 chacun

L'impôt sur la fortune :

323,80 CHF; 161,90 CHF par pièce

Impôt sur les prestations en capital :

1152.20 CHF; 576.10 CHF chacun

Charge fiscale totale :

CHF 6'056.60; CHF 3'028.30 chacun

Revenu net par an : (revenus moins impôts)

CHF 106'640 - CHF 6'056.60

= 100 583,40 CHF

Par conséquent, étant donné que le couple perçoit déjà une rente AVS moins élevée et que cette rente AVS moins élevée subit également la progression fiscale sous l'angle de l'imposition de la famille (applicable à l'impôt sur le revenu, à l'impôt spécial sur les prestations en capital et à l'impôt sur la fortune), le couple est encore doublement pénalisé et perçoit un revenu net annuel de 87 970 CHF. Dans la même situation, le couple vivant en concubinage perçoit deux rentes individuelles complètes et est fiscalement avantagé, car leurs revenus ne sont pas imposés ensemble et ils ne subissent donc pas la progression fiscale. Il convient de noter que l'impôt dû sur les revenus du couple de concubins est certes plus élevé, mais que cela est dû à l'augmentation des revenus. Par conséquent, le couple vivant en concubinage dispose d'un revenu net annuel de 100 583,40 CHF. Même après l'imposition, il apparaît clairement sur le plan financier que les couples mariés souffrent de la "pénalité du mariage", car ils reçoivent, après déduction des impôts, environ 12 613,40 CHF de moins que les couples non mariés. Il convient de noter que le taux d'imposition ainsi que les caractéristiques de la progression fiscale varient d'un domicile à l'autre. Par exemple, le taux d'imposition sur les prestations en capital est presque deux fois plus élevé à Zurich qu'à Zoug ou Altdorf.

Un faux divorce en vaut-il la peine ?

Vu sous cet angle, tout plaide en faveur du divorce avant la retraite. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce n'est pourtant pas si fréquent. En effet, bien qu'il ne soit pas du ressort de Social Security de vérifier si les couples se sont réellement séparés, le divorce "pour sauver les apparences" pourrait être qualifié d'évasion fiscale, ce qui aurait pour conséquence que le "nouveau couple cohabitant" serait toujours considéré comme "marié" à des fins fiscales. Bien qu'il n'y ait toujours pas de Jurisprudence de la part du Tribunal fédéral sur cette question, il est clair que les faits d'un "divorce fictif" sont bien connus du Tribunal fédéral dans le contexte des permis de séjour.

Un autre inconvénient de cette "solution" est que les conjoints perdent tout droit à une pension de veuve ou de veuf en cas de divorce. Cette pension est calculée avec une majoration de 20 % de la moitié de la pension du couple perçue jusqu'à présent. Avec cet ajout, la pension restante (sauf pour les bénéficiaires de la pension maximale) est plus élevée que si une seule pension était perçue.

Le dernier point s'opposant au divorce réside dans la réglementation de la succession. Pendant le mariage, les partenaires bénéficient d'un traitement privilégié par rapport aux autres héritiers. Ainsi, le conjoint reçoit au moins la moitié de l'héritage total si le couple a des descendants et au moins les trois quarts s'il n'y a que des héritiers de la lignée parentale. La totalité de l'héritage passe au conjoint si aucun des cas mentionnés ne s'applique à la situation. Toutefois, ce droit privilégié à l'héritage cesse en cas de divorce. Même si un testament a été rédigé pendant le mariage, il perd ses effets avec le divorce, à moins qu'il ne soit explicitement mentionné dans le testament qu'il a aussi des effets juridiques après le divorce. Si vous voulez favoriser votre ex-partenaire comme héritier après le divorce, vous devez rédiger un nouveau testament et, selon le canton, vous devrez payer des droits de succession élevés. Les seuls cantons qui n'imposent pas actuellement d'impôt sur les successions en Suisse sont Obwald et Schwyz. Il est également contesté qu'un tel testament puisse également servir de preuve pour un mariage fictif.

Autres moyens d'optimisation fiscale pendant la vieillesse

Même si vous ne souhaitez pas prendre cette mesure radicale qu'est le divorce, il existe encore quelques possibilités d'optimiser votre situation financière en vue de la retraite. Par exemple, l'échelonnement du versement des prestations en capital de la pension de vieillesse est très judicieux, car l'influence de la progression fiscale est minimisée en l'étalant sur plusieurs années fiscales. Les versements échelonnés peuvent être réalisés, entre autres, par des retraits anticipés pour l'accession à la propriété, une retraite partielle ou anticipée, ainsi qu'un versement anticipé ou différé de cinq ans du pilier 3a. Une autre possibilité consiste à changer de lieu de résidence, mais cela ne vaut la peine que si les paiements sont suffisamment importants ou si les personnes envisagent de déménager de toute façon, car les coûts supplémentaires sont relativement élevés.

Conclusion

La différence de revenus dans la vieillesse entre les couples mariés et les couples cohabitants peut être considérable. La réticence des couples mariés à corriger cette différence par le divorce est certainement liée à l'importance et à l'estime encore élevées du mariage dans notre société, en combinaison avec les inconvénients liés au divorce, par exemple en matière de droit successoral. Toutefois, le fait qu'une telle solution soit envisagée montre que la pression financière augmente avec l'âge, que les attitudes sociales changent et que, de plus, la barrière "morale" est abaissée par le nombre généralement élevé de divorces et le nombre toujours croissant de couples vivant en concubinage. Il reste à voir comment les services sociaux et éventuellement les tribunaux réagiront à un nombre accru de ces "divorces fictifs", qui entraîneraient de toute façon des coûts supplémentaires pour les services sociaux.

Pour en savoir plus sur les conséquences fiscales du divorce ou de la séparation, cliquez ici.

Avez-vous des questions ?
Auteurs
:
Viktor Bucher
Tags :
Planification fiscale
Impôt sur le revenu
Assurances sociales
Divorce et séparation