22.3.2017

Versement de la pension pour cause d'activité indépendante

Afin de financer une retraite anticipée, un employé salarié (ci-après le contribuable) a également souscrit à une fondation de prévoyance en 2006.

En raison du chômage, le contribuable a transféré le capital de prévoyance sur le compte d'une fondation de libre passage. En reprenant une activité indépendante de gestionnaire de fortune sous la forme d'une entreprise individuelle dans le canton d'Argovie, le contribuable a fait verser le capital épargné en 2009. Avant le versement, le contribuable a établi une nouvelle résidence avec sa famille dans les Grisons. Quelques mois plus tard, mais toujours la même année, il retourne à son ancien lieu de résidence dans le canton d'Argovie. En septembre 2010, le canton des Grisons a évalué le paiement du capital avec une taxe spéciale pour le gouvernement fédéral, le canton et la municipalité. Cette évaluation est devenue juridiquement contraignante. En février 2013, l'autorité fiscale du canton d'Argovie a également évalué le même versement de capital avec une taxe spéciale pour la Confédération, le canton et la commune. Le contribuable a formé une objection contre cette évaluation. En août 2013, la même autorité fiscale du canton d'Argovie a évalué le contribuable pour l'impôt ordinaire cantonal et communal de 2009. Dans cette évaluation, le paiement en capital a été inclus dans le revenu ordinaire, car l'autorité fiscale d'Argovie a conclu qu'aucun début d'activité indépendante n'a eu lieu en 2009 et que, par conséquent, aucune évaluation spéciale n'était autorisée pour le paiement en capital. Les recours contre cette évaluation n'ont pas abouti à tous les niveaux cantonaux dans le canton d'Argovie.

Le recours au Tribunal fédéral est dirigé d'une part contre la taxation ordinaire du versement en capital par le canton d'Argovie et contre la double taxation spéciale du versement en capital par les cantons d'Argovie et des Grisons en raison d'une violation de l'interdiction intercantonale de la double imposition.

Y a-t-il un travail indépendant ?

Dans son arrêt du 9 décembre 2016 (BGE 2C_204/2016 ), le Tribunal fédéral a une nouvelle fois traité en détail la question de savoir à partir de quand une activité indépendante peut être assumée au sens du droit fiscal. Elle a confirmé la définition précédemment connue selon laquelle chaque cas doit être évalué individuellement. Les facteurs suivants constituent le cadre de l'évaluation du cas individuel : "risque propre", "utilisation des facteurs de production travail et capital", "organisation du travail librement choisie", "permanent ou temporaire, à temps plein ou à temps partiel" et "intention de réaliser un profit". Dans son analyse, le Tribunal fédéral est arrivé à la conclusion que le contribuable n'avait pas exercé d'activité indépendante durant les années 2009 à 2013 et que, par conséquent, l'imposition privilégiée du retrait de capital de la caisse de pension n'était pas admissible. Le Tribunal fédéral a fondé sa décision principalement sur le fait que le contribuable, en tant que gestionnaire de fortune indépendant, avait constamment déclaré des pertes au cours des années 2009 à 2013 et que le critère de l'intention de réaliser un bénéfice n'était donc pas rempli.

Suite à cette décision, l'évaluation de l'imposition spéciale du retrait de capital du canton des Grisons a également été annulée et les autorités fiscales ont été chargées de rembourser les impôts déjà payés au contribuable.

Possibilité de remboursement au fonds de pension

Après avoir clarifié la question relative à l'activité indépendante et à la (non)compétence du canton des Grisons, le Tribunal fédéral a examiné la question de savoir si, en niant l'activité indépendante et en n'appliquant donc pas d'imposition spéciale au forfait, celui-ci était de toute façon soumis à l'imposition ordinaire. Sur ce point, le Tribunal fédéral a repris les indications pertinentes d'un arrêt plus ancien du Tribunal fédéral, où il était précisé que, dans le cas où le retrait en capital de l'institution de prévoyance ne peut pas être réglé fiscalement par une imposition spéciale, le contribuable a la possibilité de restituer le capital à l'institution de prévoyance. Le Tribunal fédéral a confirmé cette approche dans cet arrêt et a demandé aux autorités fiscales de donner au contribuable la possibilité d'annuler le retrait en capital. Selon le Tribunal fédéral, ce remboursement est ouvert au redevable jusqu'au bout, même s'il n'a pas fait miroiter cette solution au cours de la procédure de taxation.

Avez-vous des questions concernant le versement de la pension ?
Auteurs
:
Viktor Bucher
Tags :
Jurisprudence
Impôt sur le revenu
Assurances sociales
Planification fiscale