29.6.2017

Discussion fiscale de l'OCDE #6 - 26 juin 2017

Le 26 juin 2017, Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d'administration fiscales, accompagné d'Achim Pross, responsable de la coopération internationale et de l'administration fiscale, de Maikel Evers, conseillère, conventions fiscales, de Melinda Brown et Mayra Lucas, conseillères, prix de transfert, et de Monica Bhatia, responsable du secrétariat du Forum mondial, ont de nouveau pris la parole lors d'un webinaire.

Le webinaire de l'OCDE s'est principalement concentré sur les progrès réalisés concernant le cadre inclusif, le processus d'examen et l'AIA.

Cadre inclusif

Pascal Saint-Amans a d'abord informé de la troisième réunion du cadre inclusif aux Pays-Bas, qui a eu lieu en juin 2017. Plus de 80 pays ont participé à cette réunion et ont accueilli le Vietnam comme le centième membre. Et malgré le grand nombre de participants, M. Saint-Amans a souligné que la collaboration a bien fonctionné en tant que groupe de travail. Aujourd'hui, plus de 95% de l'économie mondiale est impliquée dans la mise en œuvre du projet BEPS. Le résultat de cette réunion est un rapport qui sera présenté lors de la réunion du G20 à Hambourg le 8 juillet.

Instrument multilatéral

Maikel Evers a ensuite brièvement présenté le fonctionnement de la base de données développée, qui devait être lancée en juillet 2017. Jusqu'à présent, la base de données couvre 68 pays et il y a encore plus d'un millier de contrats qui attendent d'être appariés.

Achim Pross a également commenté l'avancement du processus de révision. En ce qui concerne le point d'action 5 (régimes fiscaux préférentiels), 125 régimes ont été identifiés et classés en régimes dommageables, potentiellement dommageables et non dommageables. Les résultats de ce processus seront publiés dans le prochain rapport et des mises à jour régulières seront effectuées sur les développements ultérieurs après l'été. Concernant le point d'action 14 (règlement des différends), le premier groupe de pays (dont la Suisse) a été approuvé et le rapport devrait être publié en juillet 2017. L'examen du deuxième groupe de pays est actuellement en cours. Achim Pross a souligné que les contributions dans ces procédures amiables sont toujours les bienvenues. Il y a également des choses positives à signaler concernant le point d'action 13 (rapport pays par pays). Le 7 juin 2017, sept autres pays ont signé le traité multilatéral, dont la Suisse. 30 pays ont déjà adopté un cadre juridique pour la déclaration CbC, et 55 autres pays travaillent actuellement à son application. Le lancement est prévu pour juin 2018 et un plan est en cours d'élaboration pour inclure les pays en développement dans le processus afin qu'ils puissent également en bénéficier.

Ensuite, Melinda Brown et Mayra Lucas ont brièvement informé sur les deux projets de discussion concernant, d'une part, la méthode de distribution des bénéfices et, d'autre part, l'exclusion des bénéfices des établissements stables.

La brève intervention d'Achim Pross sur l'inadéquation des branches, qui pose les mêmes problèmes que les sociétés hybrides, était également intéressante. Un rapport sur ce sujet sera également publié en juillet 2017.

Transparence fiscale

Monica Bhatia a présenté les résultats du processus accéléré, qui seront présentés au G20 le 8 juillet. Seul un des cinq pays classés comme "non conformes" figure encore sur la liste. Trois des quatre pays non répertoriés ont été classés comme "largement conformes" et seuls sept pays sont encore "partiellement conformes". C'est un grand progrès.

L'AEOI devrait débuter en septembre 2017. Les informations sur les comptes financiers seront notamment échangées, mais aussi le CbCR et les décisions. Toutefois, les pays doivent disposer de cadres solides pour garantir la confidentialité des informations échangées et s'assurer qu'elles ne sont utilisées qu'à des fins fiscales.

Conclusion

Pascal Saint-Amans a conclu ce sixième webinaire avec son enthousiasme habituel. "Le monde a changé" et de nombreux progrès ont déjà été réalisés dans le sens de la"transparence fiscale". Néanmoins, ce n'était pas suffisant. Nous devons voir si les efforts d'aujourd'hui et l'engagement des pays conduiront demain à une mise en œuvre qualitativement satisfaisante dans la législation et l'échange d'informations. La prochaine mise à jour suivra en septembre 2017 dans un autre Tax Talk.

Avez-vous des questions sur Tax Talk #6 ?
Auteurs
:
Viktor Bucher
Tags :
Droit fiscal international
BEPS