12.3.2018

Les crypto-monnaies et les impôts

Les crypto-monnaies telles que le Bitcoin, l'Etherum ou le Ripple sont désormais connues de tous. Il est parfois difficile pour beaucoup de comprendre comment tout cela fonctionne, sans parler des implications fiscales liées à la possession et à l'utilisation des nouvelles devises à la mode.

Les crypto-monnaies sont des moyens de paiement numériques qui sont créés et transférés selon les principes de la cryptographie. Au centre des cryptomonnaies se trouvent les "mineurs", qui peuvent être des personnes privées ou des entreprises. Ils mettent à disposition leurs ordinateurs et leur puissance de calcul et vérifient en permanence la validité de toutes les transactions de crypto-monnaie . Les transactions sont enregistrées dans une sorte de livre de caisse public et numérique. Les données personnelles des propriétaires ne sont pas visibles dans ce livre de caisse public, mais uniquement leurs numéros de compte anonymes. Ce n'est que lorsque la majorité des "mineurs" s'accordent à dire, après vérification, qu'il y a suffisamment de crédit sur le compte de l'émetteur/de l'émettrice pour une transaction, que celle-ci est autorisée et enregistrée dans la " blockchain".

En savoir plus sur les crypto-monnaies et la fiscalité

Et qu'est-ce qu'une "blockchain" ?

La "blockchain" est la technologie qui se trouve derrière crypto-monnaie, qui contrôle et coordonne les actions des "mineurs". Pour simplifier, les "mineurs" doivent résoudre en permanence des tâches de calcul à l'aide de leur puissance de calcul. Lorsqu'une tâche de calcul a été résolue, les transactions d'un crypto-monnaie qui n'ont pas encore été placées dans un bloc sont regroupées dans un nouveau bloc et cryptées. Les transactions contenues dans le bloc sont ainsi enregistrées de manière immuable et irréversible pour tous. Ce processus se répète en permanence, de sorte qu'il en résulte un enchaînement de plus en plus long de blocs cryptés, ce qui doit empêcher que quiconque puisse pirater le système. Le "mineur" qui a résolu chaque fois un problème de calcul reçoit en contrepartie une rémunération monétaire sous la forme du crypto-monnaie correspondant, ce qui augmente le volume total du crypto-monnaie , équivalent à l'impression de billets de banque par une banque centrale.

Ce système de contrôle décentralisé par des "mineurs" du monde entier fait des cryptomonnaies un moyen de paiement sûr, pour lequel une banque centrale ou des intermédiaires comme les banques commerciales sont superflus. Lorsque l'on achète des crypto-monnaies sur des plateformes en ligne, celles-ci sont stockées dans un portefeuille numérique, appelé "wallet", où l'on peut à tout moment consulter le nombre de crypto-monnaie disponibles et effectuer des paiements.

Mais comment toutes ces crypto-monnaies ont-elles été créées et comment lance-t-on un nouveau crypto-monnaie sur le marché ?

En savoir plus sur les crypto-monnaies et la fiscalité

Offre initiale de pièces de monnaie

Le point de départ d'un nouveau crypto-monnaie est ce que l'on appelle une "Initial Coin Offering" (ICO). Une ICO est une sorte de crowdfunding pour les entreprises de cryptomonnaies. Les investisseurs intéressés versent des moyens financiers aux organisateurs de l'ICO. En contrepartie, ils reçoivent un "coin" ou "token", c'est-à-dire une unité d'un crypto-monnaie, par exemple un bitcoin. De cette manière, les entreprises de cryptomonnaies peuvent financer leurs futurs projets. Ces "coins" ou "tokens" peuvent avoir différentes fonctions selon le projet et l'idée des organisateurs. Dans son guide du 16 février 2018, la Finma distingue trois fonctions différentes des "tokens" :

  • Lesjetons de paiement, ou ce qu'on appelle les "crypto-monnaies pures", sont acceptés comme moyen de paiement pour l'achat de biens ou de services et sont utilisés pour transférer de l'argent et de la valeur. Les bitcoins, par exemple, font partie des jetons de paiement.
  • Les jetons d'utilisation donnent accès à un service ou à une utilisation numérique qui est fourni sur ou en utilisant une infrastructure de chaîne de blocs.
  • Les jetons de placement représentent des valeurs patrimoniales, qu'il s'agisse par exemple d'une créance relevant du droit des obligations ou d'un droit d'adhésion. Le jeton de placement a donc une fonction économique, comme une action ou une obligation.

Cependant, il existe également des jetons hybrides qui présentent des caractéristiques de plusieurs des catégories énumérées ci-dessus.

Traitement fiscal des crypto-monnaies

Chaque token confère des droits juridiques très différents selon sa fonction et pour déterminer les implications fiscales, chaque token doit donc être considéré et évalué individuellement. Les droits de timbre ne devraient normalement pas jouer de rôle pour les crypto-monnaies. Si un token confère un droit à un service futur ou à la livraison d'un produit, la TVA entrerait en ligne de compte. Si un token fournit à son tour un paiement périodique à son détenteur/sa détentrice, la impôt anticipé pourrait s'appliquer. Dans ce qui suit, nous nous concentrons toutefois sur le traitement fiscal des pures crypto-monnaies, comme le bitcoin.

Pour les personnes physiques

Le canton de Zurich, le canton de Zoug et le canton de Lucerne sont d'accord sur le traitement fiscal des cryptomonnaies pures pour les personnes physiques. Les avoirs en cryptomonnaies sont soumis à l'impôt sur la fortune et doivent être déclarés dans l'état des titres et des avoirs sous "autres avoirs". Pour cela, il faut joindre une impression du "wallet" avec l'état à la fin de la période fiscale. Le site crypto-monnaie est donc traité par les autorités fiscales comme une monnaie étrangère et l'AFC publie un cours de fin d'année pour les bitcoins et certaines autres crypto-monnaies. Les cryptomonnaies pour lesquelles l'AFC n'a pas fixé de cours de fin d'année doivent être déclarées dans le canton de Zurich au cours de clôture annuel de la plateforme boursière la plus courante pour cette monnaie. Dans le canton de Lucerne, en revanche, ces cryptomonnaies doivent être déclarées au prix d'achat. Les gains en capital sur la fortune privée mobilière sont en principe exonérés d'impôt et les pertes en capital n'ont pas d'incidence fiscale. Si, en tant que salarié ou indépendant, on perçoit un salaire ou une rémunération sous forme de cryptomonnaies, il s'agit alors d'un revenu professionnel imposable. L'extraction (mining) de cryptomonnaies donne également lieu à un revenu imposable. Il convient en outre de garder à l'esprit la pratique relative au commerce professionnel de titres, car si l'on se qualifie de commerçant professionnel de crypto-monnaies, les crypto-monnaies font partie de la fortune commerciale. Dans ce cas, les bénéfices issus du commerce des cryptomonnaies sont imposables, les pertes sont déductibles fiscalement et les fluctuations de cours doivent être enregistrées dans la comptabilité selon les principes du droit commercial.

Pour les entreprises

Pour les entreprises, la manière dont les crypto-monnaies sont comptabilisées est importante pour le traitement fiscal en raison du principe de l'importance déterminante. Il n'existe pas encore de règles officielles à ce sujet. Ni le CO, ni les Swiss-GAAP-FER, ni le référentiel américain (US-GAAP) ou international (IFRS) ne se sont encore prononcés sur cette question. En principe, il existe quatre possibilités : La comptabilisation en tant que liquidités, en tant que titres, en tant que stocks ou en tant qu'actifs incorporels. La plupart des experts rejettent la comptabilisation des crypto-monnaies pures en tant que liquidités et préfèrent une comptabilisation en tant que titres, à condition qu'une entreprise n'utilise pas le site crypto-monnaie dans le cadre de ses activités commerciales ordinaires. Si une entreprise exerce le négoce d'une crypto-monnaie en tant qu'activité opérationnelle essentielle, une comptabilisation dans les stocks est alors envisageable. Selon les normes internationales, il est en revanche préférable de comptabiliser les crypto-monnaies pures en tant qu'actifs incorporels.

Remarque finale

La plupart des cantons ont désormais commenté et clarifié le traitement fiscal des crypto-monnaies pures détenues par des personnes physiques. Néanmoins, certaines questions restent sans réponse, notamment pour les entreprises qui détiennent des crypto-monnaies et pour les crypto-monnaies qui ont plus qu'une simple fonction de paiement. En cas de doute, il est préférable de se renseigner personnellement auprès des autorités fiscales ou de consulter un conseiller fiscal.

Les politiques ont également remarqué qu'il fallait agir : le 18 janvier 2018, le Secrétariat d'État aux questions financières internationales (SIF) a créé un groupe de travail sur la blockchain/ICO. Sur la base des travaux de ce groupe de travail, le Conseil fédéral a chargé le Département fédéral des finances (DFF), en collaboration avec le Département fédéral de justice et police (DFJP), d'élaborer des modifications ponctuelles du droit suisse pour améliorer les conditions-cadres de la blockchain. La consultation sur ces modifications législatives a été ouverte le 22 mars 2019 et se poursuivra jusqu'à fin juin 2019. Il reste donc à voir quelles autres décisions seront prises par les politiques et les autorités.

Aussi peu réglementé et confus que cela puisse encore paraître, il s'agit en fin de compte de questions fiscales classiques qui se posent tout simplement à nouveau dans le cadre du débat sur crypto-monnaie.

Document de travail de l'ALE sur les crypto-monnaies et les ICOs/ITOs du 27 août 2019.

Webinar Cryptocurrencies et impôts

Avez-vous des questions ?
Auteurs
:
Viktor Bucher
Tags :
Impôt sur le revenu
Impôt sur le bénéfice
Assurances sociales
Planification fiscale
Blockchain