23.1.2018

La réforme fiscale américaine met-elle la Suisse en danger ?

Le président américain Donald Trump a fait passer la réforme fiscale qu'il avait annoncée pendant la campagne électorale. Le 22 décembre 2017, il a signé le projet de loi intitulé "Tax Cuts and Jobs Act", qui a été rapidement adopté par le Sénat et la Chambre des représentants. C'est ainsi que la plus grande réforme fiscale américaine depuis 1986 est entrée en vigueur le 1er janvier 2018.

Mais que contient réellement ce projet de loi de 500 pages ? Il s'agit d'une question à laquelle même les politiciens qui ont approuvé le projet de loi ne peuvent répondre de manière concluante. Dans ce qui suit, nous expliquerons donc les principaux points de la réforme fiscale américaine en mettant l'accent sur l'imposition des sociétés et nous nous demanderons ce que ces changements pourraient signifier pour la Suisse.

L'impôt sur les sociétés est réduit de 35% à 21%. Avec 35 %, l'Amérique était l'un des pays où le taux d'imposition des sociétés était le plus élevé. Cette réduction renforcera donc également la compétitivité et l'attractivité de l'Amérique par rapport à des pays réputés à faible taux d'imposition tels que la Suisse et l'Irlande.

Avec le Tax Cuts and Jobs Act, les États-Unis sont passés du principe du revenu global à un régime territorial d'imposition des sociétés, et une taxe de transition unique de 15,5 % (actifs liquides) et 8 % (actifs moins liquides ) vise à encourager les grandes entreprises américaines à rapatrier les milliers de milliards de dollars américains qu'elles détiennent à l'étranger. Les critiques, cependant, sont sceptiques. Ce serait un effort considérable pour ces entreprises de rapatrier aux États-Unis tout l'appareil qu'elles ont construit dans un pays. En outre, les litiges avec les autorités fiscales mondiales sont inévitables avec de telles manœuvres si, par exemple, lorsque leur structure fiscale est mise au jour, il apparaît comment l'entreprise a exploité le système au fil des ans pour payer moins d'impôts. Un autre facteur de localisation important pour une entreprise est la stabilité politique. Avec Trump, cependant, c'est tout sauf une évidence.

L'objectif de la nouvelle fiscalité américaine des entreprises est avant tout de prévenir les structures commerciales abusives et l'érosion de l'assiette fiscale américaine. Ainsi, en principe du moins, il suit la philosophie du projetBEPS de l'OCDE. Les dispositions relatives à la taxation additionnelle (règles CFC) et à la Subpart F (dispositions exigeant l'inclusion immédiate de certains types de revenus étrangers dans l'assiette de l'impôt américain) ont été conservées avec quelques modifications. En outre, une taxe anti-abus d'érosion de la base a été introduite pour les paiements "nuisibles". Cela pourrait avoir des conséquences pour les banques et les compagnies d'assurance en particulier, car les États-Unis imposent une taxe sur les services intragroupes ainsi que sur les paiements d'intérêts et de redevances. Cette taxe est destinée à inciter les entreprises à éviter ces paiements en délocalisant leurs activités aux États-Unis.

L'article WEKA du 18 avril 2018 met en lumière d'autres mesures d'allègement et d'augmentation de l'impôt de la réforme fiscale américaine et montre clairement pour quelles structures de groupe elles sont pertinentes.

Conclusion

Comme le montrent les points précédents, la réforme fiscale américaine signifie une nouvelle concurrence pour la Suisse. Les mesures mentionnées ont un bon potentiel pour rendre les États-Unis à nouveau plus attractifs et innovants pour les grandes entreprises multinationales. Ainsi, les États-Unis pourraient peut-être bientôt dépasser la Suisse en tant que pays le plus innovant, où ils occupaient encore la sixième place en 2018.

Ces dernières années, de nombreuses entreprises américaines se sont installées en Suisse. La réforme fiscale américaine mettra-t-elle la Suisse en danger ou les entreprises américaines succomberont-elles à l'attrait de l'administration Trump et rapatrieront-elles leur siège aux États-Unis ?

Les entreprises américaines sont considérées comme très soucieuses de leur fiscalité et le marché économique américain offre naturellement des dimensions et un potentiel que l'Europe, et la Suisse en particulier, peuvent difficilement égaler. D'autre part, la nouvelle loi est encore associée à de nombreuses incertitudes. Dans les derniers jours et les dernières heures avant son adoption, de nombreux passages de texte ont été insérés, de sorte que presque personne n'a une vue d'ensemble de tout ce qui est écrit dans les 500 pages. Il reste donc à voir et à observer les effets que les nombreuses nouvelles dispositions auront en pratique. En outre, la viabilité de la loi sur les réductions d'impôts et les emplois est toujours en question, car il est tout à fait concevable que les nouvelles règles soient abrogées ou modifiées à nouveau si elles n'apportent pas la croissance économique souhaitée, si le budget américain subit de nouvelles pressions ou si un changement de gouvernement a lieu.

Les premières analyses montrent que la réforme fiscale américaine a déjà provoqué des sorties importantes en Suisse. Ceci surtout parce que les groupes américains rapatrient désormais aux Etats-Unis des bénéfices qu'ils avaient auparavant thésaurisés pendant des années dans des filiales suisses. Et les rapatriements vers les Etats-Unis devraient encore augmenter à l'avenir, à mesure que la pratique de la nouvelle réforme fiscale se précise. Toutefois, les groupes américains n'ont jusqu'à présent guère rapatrié d'activités à forte valeur ajoutée et d'emplois dans leur pays d'origine. La Suisse doit néanmoins rester vigilante et veiller à ne pas se retrouver sur la défensive dans la concurrence internationale entre places économiques. Une étape importante serait donc la mise en œuvre du Projet fiscal 17 / RFFA dans un délai raisonnable.

Sur les développements chronologiques aux USA

Avez-vous des questions ?
Auteurs
:
Viktor Bucher
Tags :
Impôt sur le bénéfice
Droit fiscal international